[ LYRICS DECRYPTOR ] : Modiya de Defty – Une armée de punchlines sur un flow qui déchire

Le rappeur ivoirien Defty revient avec le titre Modiya. Ce n’est un secret pour personne, le MC a du talent à revendre. Et sur ce titre, il démontre toute la force de son écriture. Dans un « français ivoirien », il nous plonge dans les réalités d’ici, pour définitivement mettre les pendules à l’heure. Un « modiya », étant une personne fausse, sans valeur, c’est comme qui dirait, une alerte adressée à la concurrence. Avec Modiya, Defty a levé une « armée de punchline pour venir asseoir toute sa [ma] domination ».

J’avoue que sélectionner 10 punchlines dans la fourmilière qu’est « modiya » n’a pas été aisé. Une chose est certaine, le terrain de chasse favoris de Defty sur Modiya, c’est l’usage de plusieurs niveaux de compréhension. Mais pas que ! 

1- Hier quand on se parlait, si tu as entendu orange money dans ma bouche c’est le fruit de ton imagination. Ma puce, tu veux être payée avant de donner or nous tous on sait que c’est après code PIN il y a activation

Defty commence très fort. On va découper chaque vers / phrase pour essayer de mieux comprendre.

Si tu as entendu orange money dans ma bouche c’est le fruit de ton imagination. 

Il laisse entendre que la personne qui lui rappelle sa promesse d’hier raconte des mensonges. Pire, elle aurait imaginé tout ça toute seule. Simple non ? Mais là où la subtilité se trouve, c’est au niveau du choix du champ lexical : Orange / Fruit.

Pour le second vers, l’utilisation du mot « puce » rappelle une appellation affective. Mais Defty joue sur le double-sens. Le faisant, il nous plonge dans un autre champ lexical plus global qui avait été engagé depuis le vers précèdent : orange money / puce / PIN / activation. Aussi, à travers le code PIN, on pourrait voir une référence au sexe masculin. Ce qui ne serait pas à écarter vu le sens de la phrase.

Parlant du sens de la phrase, il est tout simple. Tu dois t’offrir à moi avant que je te donne quoi que ce soit. [ A ce niveau chacun fait ce qu’il veut de sa vie hein 🙂 ]

2- Je n’attends pas vos clashs, vos nominations à l’heure-là demander qui est Defty est une abomination

Depuis un moment, on assiste à des clashs entre certains acteurs du rap ivoirien. Certains en font leur caisse de résonance pour espérer se faire un nom. La nomination de Kiff No Beat par exemple au Primud (Prix International des Musiques Urbaines et du Coupé-décalé) avait fait réagir vigoureusement MC One. Defty se met au-dessus de toutes ces pratiques. D’ailleurs, il ne cite aucun nom. Et pour faire dans l’egotrip, il dit être déjà connu de tous. 

Les rimes internes en « tion » donnent du rythme au vers.

3- Comme je t’ai stupidement laissé zouker dans mon argent, maman là là même tu t’es vue aux Antilles

Nous avons ici un jeux de sens bien réussi. Pour le comprendre, il faut se plonger dans le parler ivoirien. L’expression « zouker dans l’argent » signifie dépenser l’argent d’autrui plus ou moins exagérément et sans contrepartie. Et puisqu’il fait référence au zouk, le MC débouche sur les Antilles qui est réputé être le pays par excellence du Zouk. Le Zouk étant une musique douce qui montre comment on peut être à son aise quand on dépense l’argent d’autrui.

4- La sorcellerie c’est donner une arme chargée à un môgô suicidaire et voir comment il s’en tire

Cette punchline est l’une de mes préférées tant elle est technique. Il parle de la sorcellerie, donc on est bien d’accord que ce qui vient est forcément méchant. Une arme chargée à quelqu’un de suicidaire, c’est sûr qu’il va y aller sans réfléchir. Mais là où le tour de magie se joue, c’est au niveau de « comment il s’en tire ». Nous avons un double sens : se débrouiller pour se tirer d’affaire / s’en mettre une tout simplement. Et vu que notre ami est un suicidaire…

5Ici on roule de gros joints qu’on ne dédouane pas

Encore une autre punch à niveaux de compréhension . Mais ici, la profondeur est plus importante.

• On roule de gros joints : bah on roule des joints, sans plus. Pourquoi on les dédouanerait d’ailleurs ,vu que c’est illégal la drogue.

• On roule de gros joints qu’on ne dédouane pas : L’usage de rouler, juxtaposé à dédouaner, pourrait nous ramener au sens de gamos, de voitures. Pour qui suit l’actualité ivoirienne, il comprendra que c’est une pique qu’il vient de lancer !

6- Toujours dans les trucs qui louchent ça ne te regarde pas

Loucher / regarder. Simple. Je sais que tu as déjà percuté. Avoue que tu l’as !

7- Toujours tu veux piquer, toi tu es noussi ou tu es moustique ?

Piquer – noussi – moustique. Tu l’as ?

8- Eux qui sont censés être des modèles, c’est eux qui prennent des mesures sur un tissu de mensonge

Avec celle-là, Defty a fait fort. On découpe pour essayer de mieux comprendre.

Eux qui sont censés être des modèles, c’est eux qui prennent des mesures

En haute couture, un modèle est utilisé pour l’essayage des tenues. Son rôle n’est donc pas de prendre une quelconque mesure.

• Eux qui sont censés être des modèles, c’est eux qui prennent des mesures sur un tissu de mensonge

Un modèle doit être d’une honnêteté sans pareil. Pourtant, ce sont les mêmes ici, qui prennent des décisions qui ne sont que des mensonges.

Defty joue sur la polysémie pour réussir à être incisif et tromper notre compréhension. Ainsi, « prendre des mesures » c’est « décider », et « tissu de mensonge », contre-vérité.

Une dernière pour la route. Comme il sait si bien le faire, l’artiste nous replonge dans un champ lexical et nous y fait baigner à volonté : modèle / prendre des mesures / tissu de mensonge.

9- Retiens la leçon, le diable veut qu’on pêche et tu mords à l’hameçon

Defty nous fait jouer sur deux tableaux. Un tel exercice est réussi quand les deux tableaux tiennent la route du point de vue de leurs sens. Et c’est le cas ici. Puisque nous sommes à l’oral, l’artiste joue sur les similitudes sonores (homophonie) des deux verbes : pécher et pêcher. 

Pécher / diable : Le diable veut nous faire tomber dans le péché et tend devant nous des pièges [ mais pas de piège d’agouti cette fois 🙂 ]

Pêcher / mordre / hameçon : Le diable (?) veut nous pousser à aller pécher, et tu succombes à la tentation en t’y rendant. Qui sait, peut-être qu’il t’y attend 🙂

Remarquons que les rimes internes en « çon » donnent de l’allure au vers.

10- C’est bouche de chirurgien qui porte caleçon

Allez sur Google. Saisissez « chirurgien » dans la barre de recherche. Sélectionnez image. Vous comprendrez qu’un masque est aussi un caleçon.

L’artiste met sûrement les autres MC en garde pour leur faire savoir qu’il ne mâche pas ses mots, qu’il est une grande gueule… En gros, que sa bouche ne porte pas caleçon. Est-il chirurgien ? Non, évidemment.

Bonus :

La seule personne qui va me conduire  il [elle] veut et puis je ne vais pas parler c’est le chauffeur de corbillard

Cette punchline rejoint la précédente. Tant qu’il sera vivant, personne ne pourra lui imposer des conditions qui vont contre ses intérêts, sans qu’il ne bronche.

Avec Modiya, Defty confirme ce que plusieurs mélomanes disent de lui. Il a le secret pour vous faire percuter quelques secondes plus tard pour les esprits les plus aguerris, ou même lors de la seconde écoute, si l’on n’y prête pas une attention particulière. Il a un flow percutant soutenu par une plume précise. Les deux font la bonne paire. Defty est là !

Quelle est la punchline qui te parle ? Aurais-tu dégoté une autre qui n’est pas mentionnée ici ?

On se parle en commentaire.

Laisse un commentaire ici
Contactez-moi

Laissez moi un message. Je vous répondrez dès que possible.

Start typing and press Enter to search

%d blogueurs aiment cette page :