[LYRICS DECRYPTOR] : Grouillement de Kiff No Beat, originalité au rendez-vous !

Le titre « Grouillement » est ce que l’on pourrait appeler une chanson de réjouissance après un long travail abattu, mais aussi après l’obtention de résultats non négligeables. Kiff No Beat, ce groupe de 5 potes qui a commencé sa carrière en 2009, coiffe aujourd’hui le rap game en Côte d’Ivoire.

Première impression à l’écoute de ce titre, son originalité. Le groupe réussit un délicieux mélange entre Rap/Hip-Hop et zouglou. Personnellement, je le vois comme une annonce de la part du groupe, qui s’apprête à voler dans les hautes sphères. Les garçons préparent leur prochain album qui sortira chez Universal dont deux titres sont déjà dispo, « pourquoi tu dab » et « Pause » en featuring avec Dadju.

Ainsi, comme le titre qui les a propulsé au-devant de la scène, « Amusement » – un mix entre rap et coupé-décalé – ils annonceraient une nouvelle dimension en voguant sur le même style de N’Zassa musical (cette fois-ci avec le zouglou). De plus, on pourrait y voir un hommage à cette musique typiquement ivoirienne, avec des imitations de voix de certains artistes.

Analysons les phrases les plus pointues…

#1 « Mon ami sors de chez toi tu vas travailler. Caca remplit ventre mais ça rassasie pas »

Message clair ! Avec cette boutade qui imite la voix de Pat Saco du groupe Zouglou reconnu pour ses textes pointus, Espoir 2000, la chanson annonce les couleurs : incitation au travail. La seconde phrase à la fois crue et drôle, pourrait signifier ceci : ce que tu possèdes déjà ne doit pas te satisfaire, mais plutôt te pousser à en rechercher plus. Une fois dans ton ventre (en ta possession), tout est appelé à devenir de la “merde”, et ne peut donc plus te rassasier (satisfaire). D’où la nécessité d’aller travailler.

#2 Refrain. Le refrain en deux parties présente deux tableaux :

Le premier tableau est celui de la galère, là où il fallait faire de nombreux sacrifices. La répétition du mot grouillement (x8), montre comment ça n’a pas été facile et démontre que les garçons n’ont pas baissé les bras.

Grouillement grouillement
radio, télé, studio, radio
grouillement grouillement
chanter cadeau, prester cadeau
grouillement grouillement
monter dans gbaka, marcher sous soleil
grouillement grouillement

Le second tableau, plus gai, présente la vie après le succès et les caprices qui vont avec.

C’est dans ça on a percé oooh ye
en tout cas on a percé oooh ye
au début on chantait cadeau oooh ye
on chante plus pour la mairie oooh waah

#3 « On a grouillé voilà jalousie oooh
ayi waaa digbate
Kiff no beat digba oooh
ayi waaa digbate »

Le succès attire la jalousie a-t-on coutume de dire. Le groupe laisse entendre ici que cela ne lui est pas etranger. Mais pas de panique, la réponse ou la riposte, est bien là « kiff no beat digba oh ». Comme pour dire, qui s’y frotte, s’y pique.

#4 « Petit garçon d’Aboisso toujours dans gbaka, pourtant j’avais le BAC hein »

Hommage rapide à sa ville natale, puis triste récit de sa vie après le bac ou l’avenir semblait flou. Car pourquoi un titulaire du baccalauréat se trouverait-il toujours dans un « gbaka » ? Il le dit lui-même « pourtant j’avais le Bac hein » (expression gâchis). Était-il un balanceur ? Rien ne l’indique.

#5 « Mon passeport a mis djabi, tellement il y a tous les visa »

Comparaison des nombreuses traces de visa dans son passeport, à celles que laisse le Djabi (feuilles de henné utilisées pour des tatouages) sur la peau. Pour y arriver, il a dû bosser « je n’ai pas gratté mon boda (fesses) devant la télévision ». Il peut se le permettre, vu que le groupe a déjà fait de nombreuses tournées dans la sous-région.

#6 « Je parie que dents tirées ne va pas dans festival de dents pourries »

On pourrait comprendre ceci, nous ne sommes peut-être pas au top des tops, nous n’avons peut-être pas gravi tous les échelons, mais nous sommes au-dessus de vous. En d’autres termes, là où nous rentrons, vous non !

#7 « Maintenant avant de faire prestation, tu vas respecter nos consignes »

Deux approches :

-1) Nous contrôlons le rap game. C’est maintenant à nous d’imposer nos conditions avant de prester.
-2) Nous avons beaucoup plus d’expériences que vous, vous feriez mieux de nous écouter

#8 « Chérie j’ai beaucoup de chaussure oh, tu as fait je me suis lassé de toi »

La punchline joue sur le double sens. Avoir beaucoup de chaussures pourrait exprimer la métaphore de l’aisance financière. Et l’argent… ça rime souvent avec beaucoup de femmes. Je me lasse (lasser/lacet) de toi parce que je peux en trouver qui te valent, et très facilement.

#9 « Toujours tu as faim tu es entrain de bailler eeeh. Mais tu n’arrêtes pas de nous critiquer eeeh »

Dérision, avec un timbre de voix qui rappelle celui de l’artiste Petit-Dénis. Les détracteurs du groupe n’ont qu’à bien se tenir, car beaucoup parmi eux parlent, mais demeurent dans le manque. Paradoxalement moqueurs !

#10 « C’est vrai avant nous on grouillait, mais aujourd’hui tous ces rappeurs ils sont derrière »

Cette dernière note vient comme un aveu. Les rappeurs assument leur passé difficile, mais préfèrent se tourner vers le présent plus reluisant et le futur qui le sera peut-être, encore plus. D’ailleurs, ils finissent ainsi « on a trop bossé, maintenant on veut manger ».

« Grouillement » est un chant de victoire pour des passionnés qui n’étaient pas forcément promus à une telle carrière. Toujours avec cette touche d’ironie, de dérision, et de propos souvent crus, auquel le groupe reste fidèlement attaché, « Grouillement » est en définitive une invitation à travailler dur pour s’en sortir.

Cette chanson a une dose d’ego propre aux textes de rap certes, mais retrace un parcours qu”il faut respecter. L’originalité de la chanson est aussi sa force. Cependant, on peut déplorer la faible richesse en punchlines plus élaborées.

Laisse un commentaire ici
Contactez-moi

Laissez moi un message. Je vous répondrez dès que possible.

Start typing and press Enter to search

%d blogueurs aiment cette page :