J’ai cru que je pouvais écrire un livre !

Il est des projets qu’on engage comme si on choisissait sa prochaine destination. On ne sait pas vraiment de quoi la route sera recouverte. On continue d’avancer sans avoir cette assurance qui éloigne de l’abandon. Un jour, j’ai cru que je pouvais écrire un livre. Entre ce jour et celui  je couche ces lignes, le temps sait combien de projets j’ai entamés et abandonnés. Moi qui croyais qu’ils n’avaient servi à rien.

Je suis de ceux qui soutiennent qu’aucune route n’est sans issue. Même quand on rebrousse chemin et qu’on est persuadé d’avoir manqué la destination, il y a ces leçons que l’on a apprises, ces aptitudes que l’on a acquises, ces forces qui finiront par être bénéfiques. Ces vérités-là sont indéniables. Entre abandon et engagement, l’écart aime à s’installer, la foi s’estompe, la confiance s’amenuise, mais il est une conviction qui ne trompe jamais : la flamme de la passion. Tant qu’elle brûle, elle fait briller une forme d’obstination que les autres peuvent ne pas comprendre.

La tentation est grande face aux personnes qui ne comprennent pas nos actions. Parfois même, elles engagent toute leur énergie à nous crédibiliser. Leur en vouloir serait une grave erreur. En fait, leur réaction est normale. L’obstination peut être vue comme un manque de clarté dans la vision que l’on a. Sur ce chemin jonché d’épines, les moments de doute sont nombreux. Car malgré la présence de cette flamme qu’est la passion, les réalités du quotidien s’expriment à voix haute et brouillent la saine compréhension des événements. Cette nuisance porte bien son nom et elle sape la détermination : Hésitation.

Seulement voilà, une braise isolée a plus de chance de s’appesantir avant même d’être sollicitée. Oui, la passion s’entretient. Elle s’étiole seule mais s’étoffe au contact d’autres passionnés. Alors il faut les débusquer. Il faut les chercher jusqu’à les trouver. Fermer les yeux et laisser l’émotion nous transporter. La passion appelle la passion. Mais on n’y arrive pas en restant les bras croisés. Car tout ce qui a de la valeur demande des sacrifices.

Certains y trouvent leur compte, d’autres ne se rendent même pas compte des opportunités qu’ils laissent sur le chemin. Ils tournent les dos à des trésors que seule une âme de passionnée peut détecter sous ses apparences de rêve en putréfaction. Ce n’est jamais facile de trouver le bon bout. La passion appelle la passion. Mais on n’y arrive pas en restant les bras croisés. Car les avis négatifs des autres, même s’ils sont ignorés, finissent par produire un poison qui’il faut être capable de supporter. Et certains échouent à ce jeu macabre.

J’ai eu la chance d’en rencontrer des tas, les passionnés. C’est peut-être eux la vraie lumière qui m’a conduit sur ce chemin que je referais milles fois si c’était à refaire. C’est peut-être à ceux-là que je dois tous les mots que je débite depuis le début de cet article. La passion appelle la passion.

Et quand vint le moment de sortir par la grande porte, mes hésitations n’avaient pas tari d’un iota. Mais il fallait y aller. Ce moment m’a surtout permis de comprendre que le chemin que j’ai parcouru n’a pas été vain. Chaque initiative, chaque projet – même abandonné – chaque compétence acquise, aura sa part à jouer dans cette aventure.

 

 

Hésitations est un recueil de 12 nouvelles qui mêle des vies d’individus ordinaires, à travers des péripéties qui pourraient être le vécu de chaque personne qui en tourne les pages.

Hésitations, ce sont douze parts de vie à déguster. Hésitations, ce sont douze pans de vie à parcourir. 

Vous pouvez pré-commander votre exemplaire ici. 

 

Laisse un commentaire ici
Contactez-moi

Laissez moi un message. Je vous répondrez dès que possible.

Start typing and press Enter to search

%d blogueurs aiment cette page :