[ CHRONIQUES ] : « Pardon, il faut sciencer », défiance autour d’un feu tricolore

Cocody | Entre le restaurant BMW et l’ENA, se trouve un carrefour avec un feu tricolore bien particulier. Je l’ai surnommé « le feu tic-tac ». Le rouge et le vert se remplacent particulièrement vite. Rare sont les fois où des agents de régulation de la circulation ne se pointent pas à ce carrefour stratégique. Je ne compte même plus le nombre de taximan que j’ai vu se faire prendre là pour avoir grillé le fameux feux tic-tac. Cet après midi, une victime-bourreau est encore tombée.

On analyse un peu ?

Je n’avais pas suivi la manœuvre, mais le coup de sifflet ne m’a pas manqué. Puis la voix de l’agent – je ne préciserai pas qu’il s’agit d’une dame – retentit : « monsieur, donnez moi les pièces de la voiture ». C’était un ordre.

  • 1ere approche : L’attaque OU le forcing

L’agent venait de donner un ordre. Le chauffeur ne comptait pas obtempérer. Il répliqua aussitôt : « mais le feu était orange. Je suis passé à l’orange ».

  • 1ere réaction : La riposte OU la mise au point

L’a(r)gent ne comptait pas flancher. Elle fit un signe de la main, intimant l’ordre au taximan de se ranger sur le bas côté, avant de proférer ce qui ressemble à une menace : « il fait chaud. Si tu continues, tu vas m’énerver ».

  • 2e approche : Le repli OU l’abandon

Le taximan se sentant en position de faiblesse, n’eut que cette phrase à la bouche « pardon, il faut sciencer »A cet instant, il venait de s’enfermer dans un gouffre sans issu. Mais pourquoi faire profile bas en si peu de temps. De ces deux choses l’une : ou bien il reconnaissait son tort, ou bien il se sentait incapable de prouver qu’il n’était pas en infraction.

  • 2e réaction : L’achèvement OU le coup de grâce !

L’agent s’était rangé du côté passager. Le conducteur, boudeur, se décida à sortir du véhicule, les papiers en main. Quand l’agent les récupéra, elle fit quelques pas vers une zone d’ombre. C’était le générique de fin pour nous les passagers.

Lorsque le taximan revint, il se plaignit d’avoir payé une contravention pour une faute qu’il n’avait pas commise. Il en voulait à l’agent, pour son argent.

Laisse un commentaire ici
Contactez-moi

Laissez moi un message. Je vous répondrez dès que possible.

Start typing and press Enter to search

%d blogueurs aiment cette page :